Accueil CLIPP Modèle logique du CLIPP

Modèle logique du CLIPP

Contexte

Dans l’optique d’améliorer ses pratiques liées aux activités de transfert de connaissances, le CLIPP s’est doté, en 2010, d’un modèle logique , c’est à dire d’un schéma qui présente les principales étapes du processus de transfert de connaissances tel que le CLIPP le conçoit, précise les catégories de partenaires impliqués, et identifie les effets attendus, intermédiaires et ultimes du processus.  Nous avons élaboré ce modèle après avoir discuté des démarches que nous mettons de l’avant dans le cadre de nos activités et passé en revue les publications sur les modèles de transfert de connaissances de même que sur les facteurs déterminants de l’utilisation des connaissances.

Description du modèle

L’identification des caractéristiques et besoins des groupes cibles constitue une première étape menée en collaboration avec des chercheurs, qui ont produit des connaissances scientifiques valides et pertinentes à transférer, et des représentants des milieux d’intervention ciblés. Les résultats découlant de la première étape facilitent la prise de décisions concernant la deuxième étape, soit le contenu et la forme des connaissances à transférer ainsi la troisième étape, soit le choix des modes de diffusion et finalement la quatrième étape qui consiste en les modes d’accompagnement à privilégier. Le CLIPP fera ici appel à l’expertise de divers contractuels. Nous décrivons brièvement chacune des étapes :
 

Première étape : identifier les caractéristiques et les besoins des groupes ciblés

Il s'agit d'une étape menée en collaboration avec des chercheurs qui ont produit des connaissances scientifiques valides et pertinentes à transférer, et des représentants des milieux d’intervention ciblés, identifiés par le CLIPP. Les résultats découlant de cette première étape facilitent la prise de décisions concernant le contenu et la forme des connaissances à transférer ainsi que les modes de diffusion à privilégier.
 

Deuxième étape : adaptation du contenu et de la forme aux caractéristiques et aux besoins des groupes cibles

La deuxième étape du schéma porte sur l’adaptation du contenu et de la forme aux caractéristiques et aux besoins des groupes cibles pour rendre les connaissances plus crédibles à leurs yeux et plus faciles à comprendre. En fait, plus la crédibilité et l’accessibilité des connaissances sont élevées, plus les groupes cibles sont réceptifs à leur endroit, ce qui a un effet positif sur l’utilisation des connaissances.
 

Troisième étape : diffusion des connaissances

Dans certains cas, la diffusion des connaissances peut être accompagnée d’une formation, d’une foire aux questions ou encore de la formation de formateurs.
 

Quatrième étape : accompagnement

Les modalités d’accompagnement permettent d’optimiser le transfert des connaissances et contribuent aux changements des pratiques dans les milieux d’interventions psychosociales. Parmi les autres éléments susceptibles d’avoir des effets sur la détermination du personnel à utiliser les connaissances transférées par le CLIPP et sur leur capacité de changer leurs pratiques, il faut souligner l’importance du contexte dans lequel les groupes ciblés œuvrent, de l’accès à des ressources permettant au personnel de repérer les connaissances, et de la reconnaissance, par les gestionnaires, des efforts consacrés par le personnel à l’utilisation de nouvelles connaissances.

Les choix effectués précédemment visent à s’assurer que les connaissances faisant l’objet du transfert seront non seulement crédibles aux yeux des utilisateurs, mais également accessibles. Des modes de diffusion judicieux agiront ici comme catalyseur. De plus, la crédibilité et l’accessibilité des connaissances assureront qu’elles seront perçues comme applicables et cohérentes avec les pratiques et tout spécialement si les modes d’accompagnement proposés sont adéquats.

Plus la crédibilité et l’accessibilité des connaissances sont élevées et jugées comme applicables et cohérentes avec les pratiques, plus les groupes cibles percevront que les efforts à déployer pour les mettre en pratique sont justifiés et que les risques sont limités. La perception des risques encourus et des efforts à déployer par les utilisateurs agit sur leur niveau de réceptivité face aux connaissances. Plus ils sont réceptifs à leur endroit, plus grande sera la probabilité qu’il y ait utilisation des connaissances et donc adoption de changements de pratiques.

Parmi les autres éléments susceptibles d’avoir des effets sur la capacité du personnel à utiliser les connaissances transférées par le CLIPP et à changer leurs pratiques, il faut souligner l’importance du contexte dans lequel les groupes ciblés œuvrent, de l’accès à des ressources permettant au personnel de repérer les connaissances, et de la reconnaissance, par les gestionnaires, des efforts consacrés par le personnel à l’utilisation de nouvelles connaissances.

Évaluation

Dans une perspective d’amélioration continue, afin d’optimiser ses stratégies et d’améliorer les interventions psychosociales, le CLIPP soumet ses activités de transfert à un processus continu d’évaluation. Grâce à l’expertise du secteur d’analyse et d’évaluation, les résultats des évaluations portant sur le processus de transfert ou sur ses effets auprès du public cible permettent de nourrir nos activités réflexives.
 

Références

  • Berthelette D. « Un modèle théorique pour promouvoir l’utilisation de connaissances scientifiques par les milieux de pratique », Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales, La grande rencontre du CLIPP, Montréal, novembre 2011.
  • Berthelette D., Briand-Lamarche M, Dupuis G. (2012) Transfert des connaissances vers les milieux de pratique psychosociaux : Les questions à documenter selon le CLIPP. In C. Dagenais & E. Robert (Éds.). Le transfert de connaissances dans le domaine social. Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal : 153-163.


    Pour toutes questions, contactez-nous :

    Laurie Prud'Homme
    Directrice des communications et du marketing
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    514 393-4666, poste 2029
     
PartagerPartager ImprimerImprimer TwitterTwitter FacebookFacebook RSSRSS BlogueBlogue